Cette tempête aura-t-elle un fin?

Submitted by McGill Ingram School of Nursing
October 30, 2020
Shared

Ah 2020, une année inoubliable. Ma dernière année en soins infirmiers. 3 ans qui semblaient long mais qui au final sont passé en un clin d’œil. Tous s’annonçait bien jusqu’à l’arrivée mondial de notre nouveau voisin LE CORONA VIRUS. En quelques semaines: plus de stages, plus d’école et le pire plus de graduation !!! J’avais l’impression de me retrouver dans un film sur l’apocalypse avec une invasion de zombie crée par un virus. J’étais vraiment déçu car je n’avais pas pu finir mon année comme je l’espérais. De l’autre côté j’étais toute excitée de savoir que j’allais commencer à travail dans une période qui ne va jamais être oublier. À la fin du mois de juin, j’ai commencé à travailler comme CEPI à l’hôpital Général Juif…..sur une unité COVID (tan tan tan tannnnn). au début j’avais peur mais au final c’étais bien. Je peux dire cela car j’avais commencer à travailler à la fin de la première vague. Donc nous avions peu de patient sur l’unité. Mon entourage était très content et fier de moi voir exercer ainsi. Ils  me voyaient comme une héroïne. Je ne vais pas mentir, après certains jours, j’étais épuiser, alors que pour d’autre je me sentais en forme pour un autre quart. Les semaines sont passés et on est redevenue une unité normale, sans cas covid. J’étais heureuse au début, mais quand les cas ont recommencé à augmenter j’Avais peur de me trouver en plein cœur de la pandémie. Je me posais plein de question. Aurais-je du temps avec mes proches? Comment gérer cela avec les études? Surtout que j’ai faillis avoir à trancher entre continuer à l’université ou travailler à temps plein à cause de l’arrêt ministériel. Pour l’instant, je gère les deux du mieux que je peux. Ce n’est pas évident, mais il faut tenir le coup.

 

Je trouve cela bien qu’il y ait une année dédié aux infirmières et aux sages-femmes. Toutefois, je trouve ça triste qu’il a fallu attendre une pandémie pour que les gens réalise enfin notre grand travail, l’impact de notre travail sur leur vie sur divers plans (physiques, émotionnel, support) et voir tous les sacrifices que nous avons fait pour prendre soins d’eux. En tout cas je dit un grand bravo à tous les professionnels de la santé PARTOUT DANS LE MONDE qui travaillent dur en cette période difficile. ON TIENT LE COUP.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More