Le courage et l’espoir sont au rendez-vous!

Submitted by McGill Ingram School of Nursing
October 30, 2020
Shared

Il est clair que tous autant que nous sommes sont d’accord pour dire que l’année 2020 restera à jamais graver dans notre mémoire. Que l’on soit petits ou grands, riches ou pauvres, la pandémie mondiale nommée Coronavirus a bouleversée chacune de notre vie de près ou de loin. Cependant, il y a deux groupes en particulier qui garderont des séquelles du passage de ce virus ravageuse. Il s’agit des malades et des professionnels de la santé, plus présicément les infirmières. A la suite de la propagation de ce virus, la société mondiale a enfin reconnu le dur travail qui repose sur les épaules des infirmières. Personnellement, je n’étais pas de ceux qui étaient au premier rang lors de la première vague. Ces personnes-là méritent tout le respect et l’honneur pour avoir risquer leur vie afin de préserver celle des autres plus vulnérables. C’est pour cela que je peux dire humblement, que je n’ai pas d’histoire vécues à vous raconter, car je suis allée travailler au mois de juin lorsque le calme s’installait. Je vais donc plutôt vous faire part des leçons que j’ai tirées en travaillant, en observant et en parlant aux patients. Je travaille sur une unité de mère enfant, en post-partum. Durant cette période post première vague, j’ai surtout du beaucoup rassurer les parents qui s’inquiétaient pour leur nouveaux-nés. Ainsi, beaucoup d’enseignement étaient nécessaires, j’ai du assister à plusieurs rencontres sur l’unité pour apprendre les nouveaux protocoles et les nouvelles façons de faire pour retrouver un peu de normalité dans notre quotidien. Je dois donc dire que s’il y a une chose que j’ai appris c’est notre faculté d’adaptation et notre résilience surtout dans le domaine de la santé. Cela demande beaucoup de la part des infirmières de voir leur milieu de travail se métamorphoser en un clin d’oeil sans avoir le temps de souffler un peu. Les collègues de travail me racontait, ayant eux mêmes attrapés la maladie, comment cela a affecter leur vie et leur travail. Je me suis donc rendue compte à quel point les infirmières ont littéralement sacrifié leur vie en cette période et combien elles méritent toute reconnaissance. Étant donné que j’ai travaillé après cette tempête, je n’ai contribué qu’un peu à ce qui ce passait sur mon milieu de travail. Pour conclure, je peux dire que je suis fière de faire partie d’un métier qui concrètement est indispensable au bon fonctionnement de la société. Être infirmière c’est faire preuve de compassion, d’humour, de courage lorsque l’inconnue frappe à nos portes d’unité, de ténacité et de récilience lorsque l’espoir semble absent. Cependant, s’il y a une chose qui ne coûte rien et qui fait toute la différence c’est le fait d’offrir à tous notre plus grand sourire , ce petit geste banal qui pourtant a de gros impacts dans la vie de nos chers patients.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More