Ne pas laisser la peur nous empêcher d’agir

Submitted by McGill Ingram School of Nursing
October 30, 2020
Shared

C’était ma première journée en tant que CEPI sur mon unité de perinatalité, j’étais un peu stréssé à cause de deux choses. De un, j’était nouvelle et de deux j’avais peur d’attraper le covid. Quand je suis arrivée à l’hôpital j’ai eu un choc, tout était réglementaire, tout le monde avait un masque sur le visage et des protections occulaires. J’étais effrayé. Il faut dire que que je sortais rarement depuis le confinement et c’est là que j’ai comprenais que le virus avait complètement tout changer. Pour un début de carière ce n’était pas l’idéal, être dans cette sitaution m’a fait paniqué. J’ai donc commencé la journée avec ma preceptrice tout en étant sur les nerfs. À chaque fois qu’elle faisait un pas je faisais pareille ou je paniquais rien qu’à l’idée d’entrer dans les chambres, je  ne pensais qu’au covid 19 et pour ne rien arranger j’avais peur de commettre une erreur. Je tremblais literralement. Vous savez avec toute les informations qui circulaient durant la pandémie qui pour la plupart étaient fausses m’ont remplis de terreur. Je pouvais dire que j’étais presque inutile. C’est alors que ma preceptrice m’a pris à part. Elle m’a demandé ce qui m’arrivait. Au début, j’étais gênée ensuite j’ai fini par toute expliqué. Elle m’a regardé dans les yeux et elle m’a dit mots pour mots:” moi aussi j’ai peur, c’est nouveau pour tout le monde et je comprends que cela te fait peur, mais si tu montres aux patients que tu es à ce point terrifiée qu’est-ce qu’il lui reste ? C’est en toi qu’ils ont confiance alors il faut leur donner de bonnes raisons de s’y accrocher.” On a continué à discuter et elle m’a fait me rappeler pourquoi je suis devenue infirmière. Ensuite, on a eu un patient qui a eu beaucoup de difficulté à cause du covid et un accouchement difficile. On a pris soins d’elle et à la fin de la journée, elle a nous remercié pour le soutien donné et même fatigué elle a souris. Et là cela a tiqué dans ma tête c’est pour cela que je suis devenue infirmière pour offrir mon aide, mon soutient à ceux qui ont en besoin et  pour que même dans la souffrance, ils gardent espoir et sourient. C’est vrai le covid à changer beaucoup de choses et c’est vrai cela peut faire peur, mais notre rôle c’est de toujours continuer à veiller au bien-être de nos patients, de les faire passer en premier. C’est cela après tout être une infirmière, c’est un don de soi aux autres et ce même dans les difficultés.

 

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More